Tant pis, je sors de la case que vous m’avez construite!

Avez-vous déjà eu le sentiment que l’on attendait de vous que vous occupiez une place et pas une autre? Le sentiment qu’on avait décidé qu’il en était ainsi et pas autrement?

Nous jugeons souvent les gens d’après des idées reçues soit des médias (surtout visuels), soit de notre entourage. Peut-on vraiment juger une personne simplement sur sa couleur de peau ou son origine, son apparence, son origine sociale….? Je ne pense pas. Et pourtant, c’est ce que nous faisons à longueur de journée.

Récemment, un proche m’a relaté une situation qui l’a bouleversé. Son interlocuteur lui avait dit ce qui suit: » Oui mais moi je connais bien ces gens là. Les asiatiques sont des bosseurs mais ils ont bien souvent une haute opinion d’eux même… » Mon ami a cru tomber à la renverse face au naturel, que dis-je, au flegme avec lequel son interlocuteur avait sorti sa bombe. En tout cas, il s’est demandée ce que cette personne pensait des arables, des noirs, des indiens etc… Il lui a fallu plusieurs jours pour se remettre de cette expérience.
Un autre ami me racontait que son supérieur lui avait carrément dit: » Tu sais, tu n’as pas les épaules pour prendre ce poste parce qu’il faut un avoir un BAC + 5, on veut des gens qui ont du bagage ». Quelques jours plus tard, il apprit que son fameux chef n’avait qu’un BAC+2 et qu’il avait occupé le poste quelques années auparavant. En voilà un plus royaliste que le roi!

Il est vrai que certains traits de caractère ou manières de faire sont plus accentuées dans certaines  communautés, corps de métier ou certaines familles. Pour ma part, je refuse de me laisser enfermer dans ce genre de considérations qui peuvent pousser certains à la dépression ou pire, l’irréparable. Je comprends évidemment que certains finissent par intégrer cette négativité et ne plus s’accepter autrement. Cependant, je suis tentée de leur suggérer de consulter un tiers de confiance, un thérapeute, un psychologue… parce que parler ça soulage!

Laissons-nous l’opportunité de rêver plus grand et même en dehors des conventions et ce, combien même les autres ne le comprendraient pas. Ce n’est pas parce que vous n’avez  pas ce BAC + x que vous ne pouvez pas faire une belle carrière et réussir professionnellement.

Je crois que mon fils ou ma fille, tous les deux, peuvent accéder à n’importe quel domaine. De l’aérospatial à la littérature, en passant par la géologie, il ont tout pour réussir pourvu qu’ils s’en donnent les moyens et persévèrent.

Que l’on s’entende, je ne dis pas que l’école, l’instruction et les diplômes sont inutiles.
Cependant, je suis aujourd’hui convaincue qu’il est possible de réussir même sans. Tant qu’on fait ce que l’on aime avec volonté et persévérance, qu’on s’entoure des bonnes personnes.
Sinon, nous vouons tous ceux qui n’ont pas eu accès à l’instruction à l’échec, à la misère ou encore, nous nions leur réussite (parce que certains ont réussi sans diplômes, ni formation académique).

Peut- être devrions-nous changer notre façon de voir les choses et reconquérir notre liberté de penser et d’agir! Non, je ne cite pas Florent Pagny (rire).
Avoir sa liberté de penser et d’agir c’est oser sortir des façons de faire habituelles, sortir des conventions. Et ce principe se décline de plusieurs manières et dans plusieurs domaines de nos vies.
– On peut espérer la réussite quand d’autres voient l’échec parce qu’ils ne se reconnaissent pas dans les choix que nous faisons pour y arriver
– On peut oser faire des choix différents de ceux de nos familles ou amis en matière d’éducation pour nos enfants, pour notre vie de famille même si on court le risque du rejet de nos proches…
– C’est ne pas se fermer à l’opportunité d’entrer dans certaines écoles sous prétexte qu’elles seraient réservées à une élite quelconque
– C’est oser se mettre à son compte, entreprendre
– Oser se reconvertir!

Bref accueillir la liste des POSSIBLES à bras ouverts et avoir la joie de faire son choix dans une large panoplie d’options. C’est la conclusion à laquelle j’arrive.
S’il ne faut pas négliger les avis de notre entourage, il est surtout vital  faire des choix selon nos convictions intimes et profondes pour ne pas se perdre.

Afrofémininement vôtre!

Sandgidemad

 

 

 

Publicités

Un commentaire sur “Tant pis, je sors de la case que vous m’avez construite!

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :